Allocution

Speaker: 
Bogdan Aurescu, ministre des Affaires étrangèr
Date: 
07/13/15
Event: 
Lancement de la présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union Européenne
Location: 
Bucarest


Excellences,
Mesdames et Messieurs,
Chers invités,

C'est un plaisir, pour moi, de prendre part, ici, à Bucarest, au lancement de la présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union Européenne. Au nom du ministère roumain des Affaires étrangères et au nom du Gouvernement de Roumanie, je vous souhaite plein succès dans la réalisation de votre mandat pour les six mois à venir.

Le Luxembourg monte à la présidence du Conseil de l'UE en cette période extrêmement compliquée , au plan européen, marquée de différents défis, allant de la crise des dettes de Grèce jusqu'aux défis lancés par le phénomène de la migration, par la persistance de situations volatiles dans le voisinage oriental et méridional de l'Union Européenne, ne fut-ce que pour énumérer ici quelques-unes des affaires de la plus vive actualité qui exigent une action européenne efficace.

Tous ces défis auxquels est confrontée l'Union Européenne réclament des réponses cohérentes et des politiques coordonnées, soutenables, élaborées sous une vision à long terme. L'expérience du Luxembourg, en tant qu'Etat membre, qui exerce pour une douzième fois la présidence du Conseil de l'UE, ainsi que l'approche communautaire, pro-européenne, qui définit d'ailleurs son action au niveau de l'UE, créent les prémisses d'un semestre orienté vers l'obtention de résultats de nature bénéfique aux citoyens européens et au projet européen dans son ensemble.

Notre relation avec le Luxembourg est tout à fait spéciale, dans la perspective du trajet suivi par la Roumanie dans la voie européenne. Je me réjouis du fait que vous ayez rappelé ici les cérémonies par lesquelles nous avons marqué, le 25 avril, le 10-e anniversaire de la signature du Traité d’Adhésion, à Luxembourg, moment imbu de profondes connotations symboliques pour la Roumanie. A cette occasion, j'avais l'agréable occasion de recevoir, à Bucarest, comme invité, mon homologue luxembourgeois, le ministre Jean Selborne, un proche ami de la Roumanie, aux cotés duquel nous avons marqué l'événement respectif, important pour la Roumanie et pour l'Europe. Nous avons alors discuté en détail de notre coopération consolidée au cours de la présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union Européenne.

C'est dans l'esprit de ce partenariat entre la Roumanie et le Luxembourg, édifié dans l'intérêt commun de faire avancer la matérialisation de l'agenda européen et de ses thèmes majeurs, sur la base du respect des valeurs et des libertés fondamentales européennes, que je veux assurer la présidence luxembourgeoise du plein appui de la Roumanie au succès du mandat assumé à la direction du Conseil de l'Union Européenne.
 

Mesdames et Messieurs,
Chers invités,

Nous souhaitons tous avoir une Union puissante et stable, fondée sur le plein respect des valeurs et des libertés fondamentales, capable d'offrir des réponses durables aux problèmes actuels.

Comme vous le savez, plusieurs réunions ont eu lieu, en ces jours, en marge de la situation et des perspectives de solution de la crise des dettes de Grèce.

Au cours de toute cette période, la Roumanie a exprimé l'espoir que des solutions seront trouvées, de commun accord, pour soutenir un “ OUI” pour l'avenir européen de la Grèce. Nous avons toujours considéré que la force du projet européen réside dans la capacité de trouver des solutions communes aux situations de crise. Et voici qu'au cours même de cet exposé, des informations nous parviennent déjà , de la part de la réunion de l'Eurogroupe, annonçant qu'on ait abouti à un accord sur un nouveau programme d'assistance financière à la Grèce; je salue de la part du ministère roumain des Affaires étrangères et du Gouvernement de Roumanie cette solution qui laisse voir que l'Union Européenne a bien la capacité de trouver, dans des situations de crise, des solutions aux problèmes les plus compliqués.

Les citoyens veulent voir annoncées des solutions pragmatiques, mais ils veulent en égale mesure avoir des leaders capables d'inspirer, à l'avenir encore, le développement du projet européen et la reconquête de leur confiance. Une Union de ce genre, plus proche de ses citoyens, par les projets et les initiatives engendrées, constitue un objectif de premier ordre de la présidence luxembourgeoise, ainsi qu'une priorité entièrement soutenue par la Roumanie.

C'est pour cette raison que nous entendons soutenir l'agenda proposé par la présidence luxembourgeoise, un agenda dont les lignes principales vont de paire avec les orientations de l'Agenda Stratégique agréé par le Conseil Européen de juin 2014.

La Roumanie soutient les objectifs de la présidence luxembourgeoise qui visent, pour l'essentiel, la création de nouveaux emplois, la revitalisation du marché unique, spécialement de sa composante numérique, la gestion de la migration et la consolidation du profil global de l'UE.

La Roumanie entend d'autre part veiller, à l'avenir, sur les évolutions en matière de consolidation de la croissance et d'intensification des investissements, stimulés par l'application du Plan Juncker, plaidant en faveur d'une distribution des plus équitables des projets dans toute l'Union Européenne, afin que ceux-ci contribuent substantiellement, à l'atteinte de l'objectif d'une convergence réelle des Etats membres.

La croissance économique, robuste et soutenable, est un objectif prioritaire de l'agenda européen et en même temps de la présidence luxembourgeoise. La Roumanie partage cet objectif et maintient son engagement de soutenir la consolidation de l'Union Economique et Monétaire, de manière transparente, vis-à-vis des Etats membres restés en dehors de la zone euro, de même que par l'utilisation d'instruments d'action capables de tenir compte des particularités des Etats membres.

Devenue membre d'une Union au centre de laquelle il faut placer les citoyens européens, la Roumanie a soutenu et continue de soutenir l'utilité de promouvoir une dimension sociale des politiques économiques de l'Union Européenne. Il faut pourtant préciser, en égale mesure, que toute décision en ce sens doit être prise dans le respect des droits et des libertés fondamentales, pour éviter ainsi un accroissement des coûts sociaux. La Roumanie continuera ainsi de promouvoir, activement, au niveau européen, l'objectif du respect intégral de la libre circulation des travailleurs, de leurs droits, en tant que pilier fondamental du marché intérieur. Nous comptons avec l'appui de la présidence luxembourgeoise et de la Commission Européenne pour que ce principe soit observé au niveau de l'ensemble de l'Union. Nous allons ainsi veiller à ce que ce principe ne soit pas affecté, à la suite de certaines prises de position populistes de certains Etats membres, sachant qu'aucune discrimination n'est acceptable, entre travailleurs ou membres de leurs familles, qui travaillent correctement et paient leurs impôts dans les Etats de destination.

Les évolutions dramatiques de ces derniers temps ont propulsé les objectifs de la sphère de la gestion de la migration, de la consolidation de la sécurité au plan intérieur, de l'Union Européenne, tout comme la lutte contre le terrorisme, au premier plan de l'action européenne. La Roumanie a participé activement au débat européen de ce domaine ainsi qu'au processus d'adoption de mesures efficaces, au niveau européen, destinées à permettre de faire front aux défis actuels. D'ailleurs, une des propositions de date récente de la Roumanie, lancée dans le contexte des efforts fournis au plan européen et mondial de lutte contre le terrorisme, vise la création d'une Cour Internationale anti-terrorisme.

Dans le domaine de la gestion de la migration, qui comporte aussi les propositions de mise en application d'un mécanisme de relocation intra et extra UE, nous voulons réitérer l'ouverture de la Roumanie à l'idée de la participation , sur la base de l'engagement formulé lors du Conseil Européen du mois de juin, à l'effort commun, reposant sur la solidarité et la responsabilité nécessaires à l'identification de solutions équilibrées, prenant en considération les réalités économiques et sociales spécifiques des Etats membres de même que la capacité des Etats membres de prendre part à cet effort.

La Roumanie entend soutenir la présidence du Conseil à promouvoir une position commune de l'Union Européenne et des Etats membres à la Conférence des Nations Unies sur les transformations climatiques qui aura lieu à la fin de l'année à Paris. Il est important de prendre en compte la promotion d'une position équilibrée, capable d'assurer la réalisation d'un accord global, à caractère contraignant, réunissant la participation de tous les partenaires internationaux et qui puisse, en même temps, assurer la compétitivité de l'industrie européenne au niveau global.

La Roumanie salue l'accent placé par la présidence luxembourgeoise sur l'atteinte des objectifs fixés par la Stratégie européenne du Marché numérique unique. Pour la Roumanie, il est donc important que cette stratégie européenne offre des solutions au décalage numérique creusé entre différentes régions du continent, contribuant ainsi à l'accroissement du niveau de la productivité, du bien-être des citoyens européens et à la consolidation de la cohésion sociale.

Nous espérons en même temps que l'esprit d'ouverture manifesté par la partie luxembourgeoise nous aidera, au cours de son mandat, de faire des progrès réels dans l'affaire de l'adhésion de la Roumanie à l'espace Schengen. Nous allons en ce sens continuer à œuvrer aux cotés de la partie luxembourgeoise et de tous nos partenaires européens pour faire aller de l'avant la solution de cette affaire.

* * *

Au plan des relations extérieures, nous soutenons l'objectif de l'affermissement du rôle global de l'Union Européenne. La portée de ce rôle commence, d'ailleurs, dans l'immédiat voisinage de l'Union et dépend au fait de la crédibilité du message, voire du message d'appui concret transmis par l'Union Européenne à ses partenaires de cette zone. Pour la durée du semestre luxembourgeois, les discussions, au plan européen, continueront au sujet de la création d'une nouvelle stratégie de sécurité de l'UE, ainsi qu'en ce qui concerne le processus de révision de la Politique Européenne de Voisinage.

Nous considérons que la nouvelle Politique Européenne de Voisinage devra projeter une vision à long terme du développement des relations de l'UE avec les voisins, lui permettant de répondre à nos intérêts communs et aux aspirations des partenaires, de même qu'aux multiples défis venus du voisinage de l'UE. Nous avons besoin d'un cadre différencié et flexible de relation avec les partenaires de la Politique Européenne de Voisinage, en conservant en même temps comme objectif fondamental le développement d'une zone de la démocratie, de la stabilité et de la prospérité, dans notre voisinage.

Nous considérons également qu'il est essentiel de consolider la confiance entre l'Union Européenne et ses partenaires, tout comme les voisins de ces derniers. C'est ainsi que dans le processus de révision de la Politique Européenne de Voisinage, la Roumanie a promu l'idée de la création de plateformes informelles de dialogue avec les “ voisins des voisins” ouvertes à l'association des acteurs de taille globale ou régionale intéressés, l'objectif visé étant celui de l'amélioration du climat régional, par la consolidation de la confiance.

La consolidation des relations avec les partenaires de l'est doit rester une priorité stratégique de l'action extérieure de l'Union Européenne, spécialement à l'égard des partenaires qui ont déjà commencé la mise en pratique, provisoire, des Accords d'Association, dont la République de Moldova, la Géorgie et l'Ukraine. Un élément central des efforts de l'UE doit être le placement de ces partenaires sur un trajet européen stable, accompagné de la consolidation de leur capacité de résister aux pressions de l'extérieur.

C'est pour cette raison que la Roumanie accorde une attention spéciale à la promotion active du Partenariat à l'est, en tant qu'instrument efficace d'appui au parcours européen des pays partenaires qui se sont déjà donné des objectifs ambitieux à l'égard de l'Union Européenne.

En ce qui concerne la République de Moldova, la Roumanie plaide, auprès de l'UE, en faveur de la poursuite des efforts de soutenir les autorités de Chişinău dans l'application des Accords d'Association/Libre Echange qui conduisent déjà à des résultats, de même que dans l'application, rigoureuse, de l'agenda des réformes. Ce sont là les prémisses de base de l'acheminement sans écart, dans une évolution européenne. Nous attendons, tout comme nos collègues européens, la formation rapide d'un nouveau gouvernement, à Chişinău, en mesure de continuer les réformes, dans l'esprit européen. Pour ce qui est de l'Ukraine, il est important de voir appliquer les Arrangements de Minsk et de préparer l'application provisoire de l'accord de Libre Echange, à partir du 1-er janvier 2016, parallèlement à une action solidaire et cohérente de l'UE par rapport à l'Ukraine.
 

Mesdames et Messieurs,

Les enjeux de l'agenda actuel sont bien grands. Nous souhaitons avoir une Union puissante, capable de faire front avec succès aux multiples défis du plan international. Un de ces défis est lié à la sécurité énergétique.

Nous soutenons l'attention accordée par la présidence du Conseil au développement du système de gouvernance afférent à l'Union Energétique. Il est important que celui-ci soit suffisamment flexible, pour les Etats membres, en leur offrant la possibilité de décider eux-mêmes de leur combinaison énergétique. Nous soutenons en même temps les démarches de mise au point du marché intérieur, en la matière, et considérons qu'un accent spécial doit être placé sur la garantie de la sécurité énergétique.

De même, il ne nous faut pas négliger le rôle positif tenu par la politique d'élargissement, qui a contribué directement au succès durable et à la crédibilité du projet européen. Nous sommes toujours fermement convaincus que le maintien d'une perspective positive pour les pays candidats ou aspirants à l'adhésion à l'UE, sur la base de l'atteinte des critères afférents, va soutenir, à l'avenir aussi, les processus de réforme des ces pays.

Pas en dernier lieu, il me faut préciser ici que la coopération régionale contribue elle aussi, directement, à l'accroissement du niveau de sécurité et de stabilité en Europe. A partir du 1-er juillet 2015, la Roumanie exerce, pour un mandat de six mois, la présidence tournante de l'Organisation de la Coopération Economique à la mer Noire et se propose d'œuvrer, en cette qualité, pour promouvoir l'agenda économique d'un Partenariat renforcé, au sein de l'OCEMN, de même que l'accroissement du potentiel de cette organisation de stimuler le développement économique des Etats membres, en insistant sur les transports, sur l'environnement, sur l'énergie mais aussi sur la consolidation de la coopération dans le domaine de l'Intérieur, notamment en ce qui concerne la lutte contre le crime organisé.

Nous voulons dynamiser l'interaction de l'UE et de l'OCEMN par le lancement de projets, dans les zones d'intérêt commun, par une participation stimulée de l'Union Européenne aux activités de l'OCEMN et par la revigoration de la Synergie de la mer Noire, une initiative importante de l’UE, dans le contexte régional actuel.

* * *

Notre agenda européen des six mois à venir est complexe et ambitieux. Nous sommes confiants dans la capacité de la présidence luxembourgeoise de coordonner de manière efficace nos efforts, pour faire progresser la matérialisation des priorités assumées et développer sans interruption, notre projet européen commun.

Je vous souhaite plein succès et vous assure du plein soutien de la Roumanie !