Intervention à la 46e session de l'Assemblée générale de l'Assemblée parlementaire de la Coopération économique de la mer Noire

Date: 
11/26/15
Location: 
Bucarest

Monsieur le Président du Sénat,
Distingués invités,
Mesdames et Messieurs les membres de l'Assemblée parlementaire de la Coopération économique
Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique,
Mesdames et Messieurs,

Il est un grand honneur pour moi de vous souhaiter la bienvenue aujourd'hui à Bucarest, aux travaux de la 46e session de l'Assemblée générale de l'Assemblée parlementaire de la Coopération économique de la mer Noire. Le privilège pour moi de m'adresser à vous aujourd'hui est d'autant plus grande que cette session est honorée par la présence de tant de représentants des États membres, des organisations régionales et interparlementaires avec lesquelles l'AP-CEMN maintient un dialogue et une coopération permanents, et aussi de représentants des institutions européennes. Permettez-moi d'adresser un merci spécial à M. Călin Popescu-Tăriceanu, le président du Sénat et le président de l'Assemblée parlementaire, pour l'invitation à participer aujourd'hui aux débats qui marquent la fin du mandat de la présidence en exercice de l'Assemblée parlementaire assurée par le Sénat de la Roumanie pour le second semestre de cette année.

Distingués invités,

Nous sommes ici aujourd'hui parce que nous partageons l'intérêt et la préoccupation pour les développements dans la région élargie de la mer Noire. Pour les États riverains de cet espace, l'Assemblée parlementaire de la Coopération économique de la mer Noire a assuré ces dernières années un canal d'expression de cet intérêt, et un moyen par lequel nous avons dialogué régulièrement pendant ces dernières années sur les multiples défis de cet espace complexe. L'exercice simultané de la présidence de l'Assemblée parlementaire de la Coopération économique de la mer Noire et du mandat de présidence en exercice de l'Organisation de Coopération économique de la mer Noire nous a donné une occasion spéciale de contribuer, par des actions communes et des priorités d'action coordonnées entre la dimension parlementaire et celle gouvernementale, au développement de la coopération dans la région, ainsi que d'une coopération plus large entre la région et les institutions de l'Union européenne.

Monsieur le Président,

Je voudrais saisir cette occasion pour vous présenter une brève évaluation intermédiaire des activités entreprises dans le cadre de la dimension gouvernementale de l'OCEMN, d'autant plus pertinente que, comme je l’ai déjà mentionné, les priorités de la présidence en exercice roumaine de l'OCEMN sont, dans une mesure significative, synchronisées avec celles de la présidence en exercice de l'Assemblée parlementaire.

Ainsi, durant le cinquième mandat exercé par la Roumanie du moment de l’institutionnalisation de cette coopération régionale, nous avons fixé comme objectif globale la valorisation du potentiel de coopération économique de l'OCEMN, la stimulation du développement économique de ses États membres au moyen des instruments de coopération spécifiques de l’organisation en mettant l’accent sur certains domaines que nous avons considérés comme prioritaires – les transports, l'environnement, le renforcement des réponses coordonnées à des menaces communes telles que la crise des réfugiés, ainsi que d’autres questions d’intérêt spécifiquement contenues dans les 19 groupes de travail sectoriels de l'OCEMN. Afin d’assurer la continuité avec les activités des présidences antérieures de l'OCEMN, mais aussi de pouvoir livrer à la future présidence en exercice (la Fédération de Russie, durant le premier semestre de 2016), une organisation plus efficace et plus attrayante pour ses États membres, nous avons apprécié comme opportune la mise en relation de toutes les activités sectorielles avec les domaines prioritaires de coopération économique intergouvernementale établies par le document stratégique adopté lors du sommet de l'OCEMN – Agenda économique pour un partenariat renforcé au sein de l'OCEMN. À cet égard, la présidence en exercice roumaine a commencé un processus complet d'évaluation du niveau de réalisation de ces objectifs, a tracé de jalons intermédiaires et s'est concentrée, en coopération avec le Secrétariat permanent international de l'OCEMN et de ses organes compétents, sur les domaines de coopération intersectorielle qui suscitent l’intérêt des États membres: les transports, la lutte contre la criminalité, l'énergie, l'environnement. Les motifs sur lesquels nous avons fondé nous approches étaient la nécessité de promouvoir une plus grande interconnectivité régionale, étant donné que l’amélioration et la connexion des infrastructures régionales représentent la meilleure approche pour attirer des investissements et pour développer les économies des États membres.

Dans le même temps, nous avons envisagé l'organisation des projets de l'OCEMN selon les ressources financières existantes et, à cette fin, nous avons identifié les disponibilités existantes au niveau des piliers financiers de l'OCEMN - la Banque pour le commerce et le développement de la mer Noire et le Fonds de développement des projets – pour que d’autres États et organisations intéressées participent également à nos projets.

Nous avons regroupé toutes ces activités sous la devise «Building Stability, Enhancing Connectivity», afin de stimuler un dialogue constant et constructif, que nous apprécions comme une condition essentielle pour la stabilité dans notre région complexe.
 

Mesdames et Messieurs les participants,

En harmonie avec l’approche traditionnelle de la diplomatie roumaine visant la nécessité de renforcer la coopération dans la région de la mer Noire, les activités de la présidence en exercice roumaine ont visé également à poursuivre le processus d’optimisation de l’organisation sur des bases consensuelles, la dynamisation et l'approfondissement de l’interaction avec l’UE. La prémisse fondamentale de la présidence roumaine a été de renforcer le profil et la pertinence de l'organisation pour ses membres, en prenant des mesures pour revoir et adapter ses activités aux besoins actuels de la coopération régionale. Les principaux objectifs poursuivis sont de continuer à renforcer le rendement et à accroître l’efficacité de l’organisation.

Bien que pleinement consciente du caractère économique de l'OCEMN, qui devrait être maintenu et amélioré, la présidence en exercice roumaine est convaincue que tous les États membres doivent respecter leurs engagements assumés en vertu de la Charte de l'OCEMN. Ces engagements comprennent notamment le respect et l'adhésion aux principes du droit international, ainsi qu'une action commune afin d'assurer la paix, la stabilité et le développement pour tous les États membres et leurs citoyens. La Roumanie considère que les valences politiques intrinsèques de l'OCEMN, ainsi qu'une coopération économique approfondie et un dialogue constant, y compris au niveau politique, créent une base solide pour la coopération des États membres de l'OCEMN et pour la région. Les relations de bon voisinage, la confiance mutuelle, le dialogue et la coopération entre les États membres constituent ainsi des caractéristiques spécifiques de l'OCEMN. En outre de sa mission économique telle que définie par les documents statutaires, l'OCEMN est une plate-forme utile pour des réunions et des consultations à différents niveaux, en apportant naturellement une contribution distincte, implicite de l'OCEMN au renforcement de la confiance au niveau régional. La région élargie de la mer Noire est confrontée à des problèmes complexes: la sécurité et la stabilité régionale, des problèmes politiques, la sécurité énergétique, etc. Les processus de développement économique et de démocratisation ne peuvent évoluer séparément, mais simultanément. La présence de l'UE en tant qu'acteur directe dans la région, ainsi que les opportunités des États de la région fournies par les programmes et les initiatives spécifiques de l'UE intensifient la coopération économique, en particulier dans les domaines de l'énergie, des transports, du commerce et du développement économique. Il n'y a pas un secret pour personne que l'ordre du jour de l'OCEMN, depuis maintenant sept ans, a été «détourné» par le transfert des conflits bilatéraux sur l'ordre du jour de l'OCEMN, en créant ainsi des obstacles à la coopération. Ces tendances se sont poursuivies et ont augmenté avec l'annexion illégale de la Crimée.

En outre de ces éléments fondamentaux pour le développement de la coopération économique intergouvernementale, un autre avantage de l'OCEMN que la présidence en exercice roumaine valorise est la politique des partenariats de l'OCEMN. Ceci est l'un des piliers centraux de l'organisation, notamment en raison de la situation géographique de la mer Noire: une mer située à un carrefour. À cette fin, la présidence en exercice roumaine a favorisé le dialogue accrue entre l'OCEMN et la communauté internationale dans le cadre prévu par la Charte. Soutenir la coopération mutuellement bénéfique, équilibrée et plus étroite entre l'OCEMN et l'Union européenne, en appuyant, entre autres, l’augmentation des engagements pour des ressources financières et techniques à attribuer à la région de l'OCEMN, à travers des liens commerciaux plus étroits et une augmentation des flux d'investissements étrangers, est une condition pour continuer à renforcer notre organisation.

La justesse de cette approche, ainsi que la nécessité de poursuivre le dialogue sur les modalités de faire progresser notre coopération économique ont été démontrées par les prises de position et les approches énoncées par les ministres des Affaires étrangères des État membres de l'OCEMN lors de la réunion ministérielle informelle tenue le 29 septembre 2015 en marge de l'Assemblée générale des Nations unies. En profitant du cadre anniversaire généré par la 70e célébration de la fondation de l’ONU, la présidence en exercice roumaine de l'OCEMN a organisé une réunion ministérielle informelle en présence de hauts représentants de l'ONU et l'UE. Je suis heureux de vous informer que l'échange de vues a révélé que, en outre de l'appréciation des hauts représentants pour l’importance spéciale accordée par la présidence en exercice roumaine de l'OCEMN à la consolidation du volet économique de coopération de l'OCEMN et pour la nécessité d’accélérer les modalités de la mise en œuvre des objectifs énoncés dans l'Agenda économique de l'OCEMN, ces deux priorités sont susceptibles de contribuer à la stabilité globale dans la région.

Dans le même temps, les hauts représentants ont porté une attention particulière au renforcement de l’interaction entre l'OCEMN et l’UE. Le commissaire européen présent à la réunion, Johannes Hahn, a souligné le vif intérêt de l'UE à la coopération régionale dans la région de la mer Noire, en particulier dans certaines circonstances politiques telles que celles qui sont actuellement traversées par l'OCEMN. Ces circonstances augmentent l'importance et l'utilité de l'OCEMN en tant que plate-forme de discussion et de suivi de projets, qui, une fois lancés, peuvent aider à surmonter certains moments politiques difficiles. Cela peut facilement être observée en comparant les progrès des pays candidats dans les Balkans occidentaux.

La présidence en exercice roumaine de l'OCEMN a souligné que l'interaction entre l'OCEMN et l'UE peut être améliorée grâce à l'identification par les États membres des priorités thématiques de coopération. À cet égard, nous considérons que la politique maritime intégrée est un moyen pratique pour le développement de l'interaction entre l'UE et l'OCEM, ainsi que d'autres instruments, des politiques et initiatives régionales de l'Union visant cette région, tels que: la politique européenne de voisinage, la Synergie de la mer Noire, la stratégie européenne pour la région du Danube ou le programme de coopération transfrontalière pour la mer Noire.

 

Monsieur le Président,
Chers participants,
Vos Excellences,

La Roumanie, en tant qu'État fondateur de l'organisation et principal contributeur à ses activités, estime que, à l'avenir également, le rôle de l'OCEMN sera particulièrement importante. Pour cette raison, mais aussi pour la nécessité d'assurer la continuité entre les mandats successifs des présidences de l'organisation, la présidence en exercice roumaine de l'OCEMN a déjà commencé le processus de réflexion sur l'avenir de notre coopération - – «OCEMN@25», respectivement la célébration en 2017 des 25 ans depuis la fondation de l'organisation. Cette étape importante devrait donner à tous les États membres l'occasion de réfléchir sur leur vision politique et la disponibilité d'exprimer leur volonté de faire cette organisation avancer et de la transformer vraiment dans la voix la plus pertinente et représentative dans la région, selon les besoins et les attentes des peuples autour de la mer Noire. En conséquence, la présidence en exercice roumaine a agi afin d'impliquer tous les États membres, en particulier les futures présidences, pour collaborer dans le but de présenter aux chefs d'État et de gouvernement un plan concret pour que l'OCEMN puisse fonctionner plus efficacement à l'avenir.

Nous croyons que l'avenir de l'OCEMN est un sujet particulièrement important et actuel et qui peut être abordé horizontalement en incluant tous les acteurs institutionnels responsables, non seulement le MAE. Dans ce contexte, le rôle des parlements nationaux, de l'Assemblée parlementaire, est particulièrement pertinent. L'Assemblée parlementaire de l'OCEMN a le potentiel d'être un pilier de la coopération dans la région de la mer Noire, dans le but de contribuer directement au développement d'un avenir de l'OCEMN caractérisé par des approches plus efficaces, plus représentatives et plus pertinentes aux nouvelles réalités régionales et européennes.

Nous reconnaissons les réalisations, mais nous ne devons pas oublier les lacunes, et, à cet égard, je voudrais ajouter qu'il y a encore des étapes à parcourir tant au niveau politique qu'au niveau institutionnel. Ainsi, sur le plan politique, il est nécessaire une affirmation constante et des essais pratiques de la volonté politique de nos pays afin de faire respecter les principes de coopération, d'intensifier le dialogue dans la région de la mer Noire et d'accroître la pertinence d'un tel dialogue. Il s'agit d'une tâche difficile, mais nous sommes optimistes qu'elle sera assumée par tous les États membres. La coopération économique - le but principal de cette organisation - est une condition préalable de la coopération politique; et, à son tour, elle dépend décisivement de l'acceptation des normes et des valeurs partagées.

Du point de vue institutionnel, la pertinence de l'OCEMN se développera selon la volonté des États membres et selon la pertinence de ses préoccupations. Nos sujets de discussion doivent rester connectés en permanence aux questions européennes et nos préoccupations doivent être liées aux grandes préoccupations mondiales. En particulier, je voudrais souligner la possibilité de renforcer la consultation et la coordination entre l'AP-CEMN et l'OCEMN, compte tenu notamment des dispositions contenues dans le plan d'action conjoint pour le renforcement de la coopération entre l'OCEMN et l'AP-CEMN, adopté le 18 juin 2015 à Chisinau.

J'exprime notre ferme conviction que la dimension gouvernementale de l'OCEMN peut bénéficier de l'expérience de l'AP-CEMN, qui, à son tour, peut être un véhicule particulièrement utile pour le transfert de l'expérience d'autres instances régionales européennes similaires, à la fois au niveau de l'organisation et du financement, ainsi qu'au niveau de la communication avec la société civile. Nous avons le devoir d'exploiter les opportunités créées par la mondialisation, mais aussi par le potentiel de coopération économique et politique entre nos pays. Une meilleure coordination de nos politiques, qu'elles soient économiques, politiques et de sécurité, a le potentiel de créer des synergies positives avec des effets immédiats et visibles. Ainsi, nous renforcerons les relations entre nos pays, nous pourrons intensifier le dialogue politique et économique, et créer de nouveaux ponts qui nous conduisent au développement économique et à la prospérité. Ces ponts ne peuvent pas être créés sans l'existence d'un climat de confiance et pour cela, la diplomatie parlementaire est cruciale car, par sa spécificité, elle facilite l'interaction non seulement au niveau institutionnel, mais aussi au niveau humaine.

En ce qui nous concerne, en tant que présidence en exercice, nous continuerons à faire tous les efforts possibles pour devenir plus impliqués dans un dialogue à la fois ouvert et honnête, capable d'accepter des opinions différentes, mais aussi des principes et valeurs communes. Ces prémisses, j'en suis convaincu, prouvent une fois de plus la profonde préoccupation de la Roumanie pour les développements dans la région élargie de la mer Noire et notre désir d'apporter notre contribution au développement régional.

Je vous remercie de votre attention!