DISCOURS

Speaker: 
Bogdan Aurescu, secrétaire d’Etat aux Affaires stratégiques
Date: 
05/31/10
Event: 
Conférence d’examen du Statut de la Cour pénale internationale
Location: 
Kampala, Ouganda

Monsieur le président,
Mesdames et messieurs,

La Roumanie s’associe entièrement à l’intervention de l’Espagne au nom de l’Union Européenne et y ajoute son propre message d’appui au fonctionnement de la Cour Pénale Internationale.

La Roumanie exprime sa ferme conviction dans la valeur de la justice internationale en général en tant qu’instrument essentiel du fonctionnement de relations internationales actuelles, ainsi que de la justice pénale internationale en particulier en tant que le moyen le plus efficace de punition et de prévention des crimes les plus abominables. La contribution active de mon pays, dès l’origine, à la promotion et définition du droit international pénal, dont on fait le bilan ces jours-ci, fait témoignage de cette conviction.

C’était il y a plus de soixante-dix ans que le juriste roumain Vespasian V. Pella rédigea un projet de Code Pénal Mondial et, quelques ans plus tard, le rapport de la Cinquième Commission de l’Assemblée de la Société des Nations relative à la prévention du crime et à l’unification internationale du droit pénal qui conduisit à la Convention générale du 1937 pour l’établissement d’une Cour Pénale Internationale. Vespasian Pella était également le fondateur du droit international pénal et du concept de la Court Pénale Internationale, ainsi que l’auteur de la définition du crime de génocide, qu’il nommait crime de « barbarie ».

Cet engagement de mon pays pour la promotion de la justice pénale internationale se perpétua au long des décennies, lors du processus des négociations conduisant au Statut de Rome, de sa ratification et entrée en vigueur et de l’adoption de la législation d’implémentation.

La Roumanie continuera cet engagement par moyens divers, incluant la promotion dans les pays de la région de l’universalité du Statut, des efforts en vue de la conclusion d’accords de coopération avec la Cour, ainsi que la meilleure dissémination du contenu du Statut de Rome et du rôle de la Cour parmi toutes les autorités internes.