Politique étrangère et de securité commune

La Politique européenne de voisinage (PEV)

Par la Politique Européenne de Voisinage (PEV), l’Union européenne se propose une approche cohérente de ses relations avec les Etats de son voisinage de l’Est et du Sud, qui doit permettre l’intensification de la coopération en vue de la création d’une zone de prospérité et de bon voisinage. Il s’agit d’une relation privilégiée, basée sur un engagement mutuel en faveur de valeurs communes (démocratie et droits de l'homme, l’Etat de droit, la bonne gouvernance, les principes d'économie de marché et le développement durable). La PEV reste toutefois distincte du processus d'élargissement de l’UE même si les relations de certains Etats avec l’UE peuvent évoluer vers une adhésion ultérieure de ceux-ci.

La Roumanie a un intérêt naturel de faciliter la création, dans le voisinage de l’UE, d’un espace commun de stabilité, de sécurité et de progrès, et aussi d’approfondir les relations entre l’UE et ses voisins de l’Est et du Sud, tenant compte des intérêts communs et des valeurs partagées.

La PEV s’applique aux Etats qui se trouvent dans le voisinage immédiat, terrestre et maritime de l’UE.

- dans le voisinage Sud - l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, l’Egypte, la Jordanie, l’Israël et l’Autorité nationale palestinienne, le Liban, la Lybie et la Syrie;

- dans le voisinage de l’Est – la République de Moldavie, l’Ukraine, la Biélorussie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Géorgie. 

Même si la Fédération de Russie est un Etat voisin de l’UE, les relations bilatérales sont fondées sur un partenariat stratégique distinct qui englobe quatre espaces „communs”.

L’assistance financière pour l’implémentation de la PEV est accordée par l’intermédiaire de l’Instrument européen de voisinage et partenariat (ENPI).

Une attention accrue a été accordée à la région de la Mer Noire par le lancement, en 2007, de la „Synergie de la Mer Noire – une nouvelle initiative de coopération régionale”). Cette initiative se propose la coopération dans des domaines parmi lesquels le respect des droits de l’homme et la bonne gouvernance, la gestion de la migration et l’amélioration de la sécurité, les conflits gelés, l’énergie, la politique maritime, le développement régional.