Présidence-en-Exercice de l’OSCE

 Du 1er janvier au 31 décembre 2001, le ministre roumain des affaires étrangères,  Mircea Geoană, a exercé la Présidence-en-Exercice de l'OSCE, et, en cette qualité, a coordonné et a orienté toutes les activités courantes de l’Organisation.

En tant que Présidence-en-Exercice, la Roumanie a suivi la consolidation d’une paix durable en Europe basée sur la solidarité et la participation, l'augmentation du rôle de l'OSCE comme forum de dialogue politique, par l’élargissement du processus de consultations dans la transparence et le respect pour l'intérêt de tous les Etats participants, le renforcement des capacités opérationnelles de l'organisation, son affirmation en tant qu’un instrument actif de prévention des conflits et de gestion des crises, reconstruction post-conflit, l’augmentation de l'efficacité de ses activités et opérations courantes, de ses institutions et instruments, aussi bien que le développement de la collaboration avec les autres institutions euro-atlantiques.    

En assumant la Présidence-en-Exercice de l'OSCE, la Roumanie a mis en évidence l'importance attachée à cette organisation, à la création et au développement de laquelle elle a eu une contribution particulière. A ce moment-là, la Roumanie était consciente de la responsabilité de laquelle elle avait été investie et était décidée à accomplir les tâches qui lui avaient été attribuées. Tout au cours de l’année,  on a fait des efforts considérables pour l’accomplissement efficace du rôle assumé, tout en bénéficiant de la coopération et le soutien des Etats participants, des institutions et des missions de l’OSCE.

Le mandat de la Roumanie a correspondu à l’entrée de l'organisation dans une nouvelle étape marquée par différentes évolutions dans l’espace euro-atlantique qui a exigé des efforts et des actions énergiques afin de clarifier le rôle actuel et le futur de l'organisation. 

Dans une manière explicite ou discrète, on a formulé une série d’attentes à l’adresse de la Présidence roumaine en exercice, en exprimant la confiance que la Roumanie sera en mesure d’y faire face, en contribuant ainsi à l’augmentation du rôle de l’organisation dans la consolidation de la démocratie, la stabilité, la sécurité et la coopération dans l’espace euro atlantique. 

La Présidence roumaine en Exercice a joué un rôle décisif en récupérant l'OSCE à son rôle fondamental et en regagnant le souhait de coopérer des pays ayant perdu l'intérêt pour l'organisation.

De façon générale, la présidence roumaine a été appréciée pour la manière d’agir dans l’exercice de ce mandat, fait mis en évidence pendant la réunion du Conseil   ministériel de Bucarest.  A cette occasion, on a souligné la manière dynamique d’action de la Roumanie, ainsi que le fait que ses objectifs et priorités étaient conformés à l'intérêt général.

Par ses actions, par la promotion pragmatique et la réalisation des objectifs proposés, la Présidence roumaine en Exercice a accompli avec succès les responsabilités assumées. La Roumanie a inscrit la présidence de l’OSCE dans un régime de normalité et d’efficacité. La réunion du Conseil Ministériel a représenté un succès remarquable, par la participation d’un nombre record de ministres des Affaires Etrangères et par l’adoption de quelques documents de substance, surtout d’une Déclaration Ministérielle adoptée par consensus. 

La présidence roumaine s'est affirmée avec responsabilité et a confirmé que la Roumanie a abouti à un niveau de crédibilité et l'influence internationale, correspondant à son poids réel en Europe. L’accomplissement avec succès de ce mandat a été  une confirmation de la capacité d’action de la Roumanie et a contribué à la relance des processus de préparation du pays pour l'intégration dans les structures européennes et euro-atlantiques.

A la suite de l’analyse des résultats obtenus, on peut affirmer que ce test a été passé avec succès, en relançant ou en élargissant des processus et des évolutions bénéfiques pour l’entier espace euro atlantique.