DISCOURS

Speaker: 
Bogdan Aurescu, secrétaire d’Etat aux Affaires stratégiques
Date: 
10/13/10
Event: 
Réunion de haut niveau sur la contribution des fonds de l’UE à l’intégration des Roms
Location: 
Bucarest

Monsieur le commissaire Cioloş,
Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Je suis honoré de me trouver à vos cotés, aujourd’hui, en qualité de représentant du ministère roumain des Affaires étrangères. Et je voudrais commencer par remercier la Commission Européenne d’avoir organisé cette réunion, bienvenue, et de la présence à un niveau tellement élevé, celui de deux commissaires européens, Laszlo Andor et Dacian Cioloş.

Je nourris l’espoir que cette réunion offre l’occasion d’un échange d’opinions productif entre les autorités roumaines et les représentants de la Commission Européenne, au sujet de l’utilisation des fonds européens pour l’insertion sociale des Roms. Les problèmes des communautés des Roms ont, évidemment, en ce qui concerne l’insertion sociale, une nette dimension européenne, significative, dont l’approche exige des instruments de niveau européen. C’est pour cette raison que je veux, dès le début, préciser que l’idée, récemment annoncée par la Commission, de créer un cadre européen d’orientation des stratégies nationales vis-à-vis de la situation de la population rom est intéressante et nous allons l’analyser, sous tous ces aspects ayant trait à l’efficacité de notre action. Les débats se poursuivront au niveau régional aussi, lors des réunions programmées, pour les jours à venir, à Cluj et Jassy.

Mon intervention envisage, nécessairement, la perspective du ministère roumain des Affaires étrangères et sa contribution, passée et future, à l’approche européenne du thème de la situation des Roms. Comme vous le savez très bien, la responsabilité d’un ministère des Affaires étrangères est tant de promouvoir les intérêts de l’Etat et de ses citoyens que d’agir comme élément de liaison, de coopération et de dialogue avec les partenaires étrangers. Par voie de conséquence, dans ce qui suit, je vais me rapporter à trois aspects relevants au plan européen: 1) l’approche, au niveau communautaire, de l’insertion sociale des Roms, 2) le respect du droit européen, y compris de la liberté de mouvement des citoyens européens, 3) le dialogue de la Roumanie avec tous les Etats membres de l’Union Européenne.