DISCOURS

Speaker: 
Teodor Baconschi, ministre des Affaires étrangères
Date: 
11/29/10
Event: 
Sommet UE-Afrique
Location: 
Tripoli, Libye

Le troisième sommet UE-Afrique, généreusement hébergé en ces jours à Tripoli, nous donne l’occasion de réfléchir sur la nature et l’évolution de nos rapports avec le continent africain, aussi bien en tant qu’Etats membres de l’UE qu’au niveau bilatéral.

Chaque pays a sa propre expérience en ce qui concerne l’Afrique et cette expérience diffère d’un pays à l’autre. Aux années 60 et 70, la Roumanie a soutenu les Etats africains résultant du processus de décolonisation. Professeurs, médecins et ingénieurs étaient envoyés dans différents pays africains pour leur accorder de l’assistance et les aider à développer leurs propres réseaux éducationnels et médicaux, à mettre sur pied leur propre structure industrielle, portuaire et pétrolière. Trente ans durant, plus de 50.000 étudiants africains se sont vu octroyer des bourses pour étudier à des universités roumaines et obtenir les qualifications dans les professions les plus nécessaires à leurs pays d’origine. Aux années 80, la Roumanie était un important fournisseur d’assistance aux nations africaines, développant sa propre relation avec le Mouvement de Non-alignement.

Aujourd’hui, en tant qu’Etat membre de l’Union Européenne, la Roumanie estime que la relation complexe de l’Europe avec l’Afrique est à rattacher à un processus qui peut s’inscrire dans une nouvelle étape, où l’accent se déplace depuis l’assistance au développement vers le partenariat économique actif. Toujours plus consciente de son potentiel économique, avec ses marchés en permanente expansion, avec une position stratégique au carrefour d’importantes routes économiques et une position de plus en plus visible dans les organisations internationales, l’Afrique se définit comme une nouvelle frontière économique du monde, tout comme un partenaire naturel, en herbe, de l’Union Européenne.

Pour ne mentionner qu’une seule zone d’intérêt se trouvant dans l’immédiat voisinage de la Roumanie, je voudrais évoquer les ressources énergétiques énormes de l’Afrique, ressources qui peuvent être intégrées dans les réseaux européens existants ou préconisés. En ce sens, les projets concrets développés dans la région de la Mer Noire en vue de la production d’énergie éolienne et solaire méritent certes, une attention particulière. Lors de la récente réunion de l’OCEMN, organisée à Salonique il y a quelques jours, la Roumanie a promu la création du Centre Régional d’Excellence de la Mer Noire pour l’Energie Renouvelable. Une fois devenu opérationnel, un tel centre pourrait fournir des programmes d’instruction des experts africains, dans le cadre d’un projet sous-régional OCEMN-Afrique, avec l’implication de l’UE. Les investissements dans des technologies non-polluantes jouent un rôle essentiel dans la lutte contre les changements climatiques. L’efficience énergétique et les technologies non-polluantes peuvent valoir des bénéfices pour tous ceux qui sont concernés, permettant la croissance économique et le ralentissement des changements climatiques, ce qui représentent un aspect des plus importants pour le continent africain, où la pénurie de nourriture déterminée par les conditions climatiques extrêmes est une réalité douloureuse dans nombre de pays, surtout ceux situés dans la région du Sahel.

Malgré un certain déclin dans ses relations avec l’Afrique au cours des deux dernières décennies qui se sont écoulées depuis la chute du régime communiste, la Roumanie désire et elle est prête à reprendre la tradition de la coopération avec les pays africains, dans le nouveau contexte européen. Outre la démarche consistant à encourager et à soutenir les firmes privés roumaines intéressés à développer leur activité en Afrique, un aspect important que la Roumanie vise tout particulièrement est la reprise de la formation professionnelle et des programmes éducationnels destinés aux étudiants africains, par l’utilisation efficace des fonds, des programmes et des mécanismes de financement créés par l’Union Européenne à cette fin. Compte tenu du développement futur du secteur de la création des emplois, secteur en permanent essor, la Roumanie envisage avec confiance le développement économique et social de l’Afrique au cours des décennies suivantes et s’emploie à contribuer aux progrès de l’Afrique.

Je vous remercie.